Commerce équitable local et International.
Luttes et alternatives sociales et écologiques
Thomas Sankara : Nous encourageons l'aide qui nous aide à nous passer d'aide

Opération "sous les algues vertes, la plage"

La Bretagne, la nouvelle baie des cochons !

samedi 6 juillet 2013, par Ingalañ Bro Brest

Les retombées du tourisme en Bretagne, restent vitales pour nombre d’acteurs économiques et pour des communes du littoral. Pourtant le décor de carte postale est entaché d’une réalité qu’il faut absolument minimiser à l’approche de l’été : les pollutions maritime (macro déchets) et terrestre (algue verte).

La cause principale de la prolifération des algues vertes dans les baies du littoral est connue, il s’agit de l’apport en nitrate provenant de l’agriculture industrielle. En 2010 le coût consacré à la collecte des 60000 T d’algues vertes s’élève à 1 M d’euro.

La France a été condamnée en 2002 car elle n’avait pas respecté les critères de la directive nitrates pour délimiter les zones vulnérables. Une importante extension des zones vulnérables dans les bassins Artois-Picardie et Seine-Normandie lui a permis de remplir ses obligations et ainsi de clore le contentieux.

Depuis novembre 2009, la France a reçu une mise en demeure relative au contenu de ses programmes d’action nitrates. La Commission a listé de nombreux griefs comme des périodes d’interdiction d’épandage insuffisantes, des obligations insuffisantes concernant les capacités de stockage des effluents d’élevage, une sous-évaluation des quantités d’azote rejetées par les animaux, une insuffisante prise en compte des conditions locales (sol climat qui modifient la capacité d’absorption des nitrates (« équilibre de la fertilisation »). Cette mise en demeure pourrait conduire à une condamnation par la Cour de Justice européenne dans les deux ans.

Deux constats surprenants concernant la gestion des pollutions maritimes :
1- aucunes données précises n’existent sur les coûts générés par les opérations de ramassage, de tri et de recyclage des déchets constitués à 95 % par des plastiques ou polystyrènes !
2- Veolia environnement est pourtant en mesure de chiffrer le coût du ramassage des déchets sur certaine plages. La commune d’Assérac (44) dépense 2200 euro pour 1 km linéaire pour un nettoyage dit raisonné !
Pour assurer le financement de son opération, David a lancé un appel à dons. En échange il propose des contreparties à découvrir sur son blog : ddlabeillaud.blogspot.com.
Partenaires (en cours de constitution) : Don Bosco (Morlaix – atelier de réinsertion pour le vélo), Sur un air de Terre (Pont L’Abbé), magasin bio de Crozon.

Nature du projet : périple estival et avec des pédales – côtes du Finistère sud – du 22 juillet au 03 août 2013
Objet : sensibiliser les touristes aux pollutions maritime (macro-déchet) et terrestre (algues vertes) du littoral breton + visite de quelques communes du bord de mer pour connaître leur dispositif en matière de ramassage des déchets
Outils : distribution de cartes postales avec une illustration originale + tract explicatif + faux spectacle de dédé l’Abeillaud « le plastique c’est profilique ».
Moyen physique : 1 vélo de la poste avec des pédales et des sacoches + de bons mollets + une tente parachute

Equipage : seul ou à plusieurs au départ ou pour les plus fainéants par étape
Itinéraire : à raison de 80 km/jour
Départ : Châteaulin
Arrivée : Clohars-Carnoët
Etapes : Crozon – Douarnenez - Audierne - Pouldreuzic - Pont l’Abbé - Bénodet - Fouesnant - Riec/Belon

Voir en ligne : http://ddlabeillaud.blogspot.fr/201...

Accueil > Groupes Locaux > Bro Brest (Pays de Brest) > Opération "sous les algues vertes, la plage"
SPIP | squelette | | Mentions légales | Crédits | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0