Commerce équitable local et International.
Luttes et alternatives sociales et écologiques
Thomas Sankara : Nous encourageons l'aide qui nous aide à nous passer d'aide

Ti Hanok. Une projection et un débat autour des OGM avec Ingalañ

vendredi 15 avril 2016, par Ingalañ Auray

Depuis plusieurs années, l’association Ingalañ s’est investie dans la défense des droits des peuples à disposer d’eux-mêmes et la lutte contre Monsanto. Ce week-end, l’association proposera une rencontre et un débat avec Sofià Gatica, militante argentine.

« OGM, glyphosate, empoisonnement, malformations, crises agricoles, suicides, Argentine et Bretagne sont unies pour le pire et pour le pire » : Ingalañ bro an Alré propose une nouvelle rencontre dimanche, autour de la lutte contre les OGM. À l’occasion de son voyage vers Ouagadougou, où elle se rendra aux Rencontres internationales des résistances (RIR) OGM, Sofià Gatica, militante argentine contre les OGM et le cocktail de poisons qui les accompagnent, fera escale en Bretagne pour participer à ce débat. « En quelques décennies, par son élevage et l’activité de ses ports, la Bretagne a construit sa dépendance envers le soja sud américain aujourd’hui OGM à 99 % », assène Hervé Le Gall, responsable de l’association Ingalañ. Le 17 avril est également la date choisie depuis 20 ans par le mouvement paysan La Via Campésina pour la Journée mondiale des luttes paysannes.

Ingalañ au RIR à Ouagadougou

Sofià Gatica, comme Hervé Le Gall, qui sera le seul représentant français, mettront ensuite le cap sur le Burkina où se tiendront les 22, 23 et 24 avril, les Rencontres internationales des résistances aux OGM pour une convergence des luttes au Burkina, en Afrique et dans le monde. Les représentants d’Ingalañ rappellent : « Il y a dix ans, des organisations de la société civile bukinabè ont amorcé la résistance à l’intrusion des OGM dans leur pays par le coton. Cette lutte s’est intensifiée début 2015 par la création du Collectif citoyen pour l’agro-écologie (CCAE). Le CCAE a pu faire de la question OGM un débat national, il a pu signaler les desseins de Monsanto au Burkina Faso et en Afrique au niveau international. Dans la continuité de cette lutte, le collectif citoyen pour l’agro-écologie invite les résistances de tous pays à venir au Burkina Faso pour s’informer mutuellement et faire bloc pour une convergence des luttes contre les OGM et pour la souveraineté alimentaire ». Créé en mars 2015, le collectif a enclenché des actions pour intensifier la résistance en commençant par l’organisation de la Marche contre Monsanto pour la souveraineté alimentaire du 23 mai 2015. Les rencontres d’avril ont été organisées à l’initiative d’Ingalañ. « On attend beaucoup de pays avec toute l’Afrique de l’Ouest représentée, l’Afrique du nord aussi avec l’Algérie, l’Amérique du sud, l’Inde... Tous les continents seront représentés. De ces rencontres va naître le front pour la souveraineté alimentaire en Afrique », explique encore Hervé Le Gall.

Pratique
Dimanche 17 avril à 18 h 30, à Ti Hanok. « Argentine, le soja de la faim », film de Marie-Monique Robin, suivie du témoignage de Sofià Gatica et d’échange avec la participation du Collectif breton de soutien aux faucheurs volontaires. Tarif : 4 €. Ce rendez-vous sera accompagné, vers 20 h, d’une soupe bio à 4,50 € « pour un échange convivial avec le public et aider à financer les RIR ».

Voir en ligne : 15 avril 2017

Accueil > Groupes Locaux > Bro an Alre (Pays d’Auray) > Presse > Ti Hanok. Une projection et un débat autour des OGM avec Ingalañ
SPIP | squelette | | Mentions légales | Crédits | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0