Commerce équitable local et International.
Luttes et alternatives sociales et écologiques
Thomas Sankara : Nous encourageons l'aide qui nous aide à nous passer d'aide

Cinéma latin. Auray va faire son festival !

mercredi 19 septembre 2012, par Ingalañ Auray


Les organisateurs et partenaires du premier festival de cinéma d’Auray avaient le sourire, hier, lors du lancement.

Le rêve un peu fou des coprésidents d’Ingalan Bro an Alre va devenir réalité. Du 5 au 7octobre, les Arcades et Athéna accueilleront la première édition d’« Auray au cinéma latin ». Lepremier d’une longue série de festivals ?

Les joues rougies par l’émotion, la gorge un peu nouée, les mots qui manquent... Il flottait un air de première fois hier après-midi au Petit-Théâtre lors de la présentation de la première édition du Festival international de cinéma latin d’Auray. Pour Gurvan Nicol et Jean-Yves Le Mouillour, coprésidents d’Ingalañ Bro an Alre, cette présentation avait aussi des allures d’accouchement, au terme d’une gestation aussi longue que difficile. Le festival, qui donnera des accents latins à Auray dans quinze jours, a en effet germé à la suite des actions de sensibilisation àla cause des indiens Mapuches -qui se battent pour conserver leurs terres au Chili- menées en juin2010.

« Le soutien de la profession »...

Leur combat à eux est d’abord militant, tendance bio et liberté. L’Argentine Carmen Perez del Viso, à laquelle ils ont confié le soin de transformer leur idée en réalité, est elle aussi une grande militante. Du cinéma. C’est grâce à ses efforts, bénévoles, comme ceux de l’ensemble de l’équipe, et à son carnet d’adresses que le festival a pu voir le jour. Qui plus est doté d’une affiche plus qu’alléchante, composée notamment de cinq films présentés en avant-première et de cinq autres vus au dernier festival de Cannes (voir l’affiche ci-dessous). « Malheureusement, pour cette première édition, les délais étaient trop courts pour faire venir les réalisateurs et les acteurs des films. On le fera l’année prochaine », promet la déléguée générale et directrice artistique du festival avant d’ajouter : « Mais on a les films ! On a le soutien de la profession ». Sans attendre la deuxième édition, les organisateurs ont réussi la prouesse de réunir autour d’eux quelques partenaires dynamiques qui, manifestement, ycroient dur comme fer. « On est content de s’associer àcette belle idée qui va nous permettre de montrer aux Alréens des films de qualité qui ne sont pas forcément diffusés dans les grands circuits », se félicite Sylvain Lecointre. Très motivé par le projet, le propriétaire des Arcades a fait le choix de s’investir en grand dans l’aventure : ses trois salles seront entièrement dédiées au festival pendant trois jours. Pour celui qui ouvrira un multiplexe de cinq salles début 2014, ça peut à terme être un investissement payant. Car comme l’ensemble des partenaires, il rêve à haute voix qu’il y ait « de nombreuses éditions derrière ».

... et celui des institutionnels

« J’espère que ce festival prendra de l’ampleur et qu’il deviendra quelque chose de très important sur le plan national et international », a même osé Michel Jalu, le président d’Auray Communauté. Bien qu’absente pour raison d’horaire inadapté de la présentation, l’adjointe à la culture Kaourintine Hulaud s’est elle aussi penchée avec bienveillance sur le berceau. « C’est original et c’est bien pour la ville. Un peu comme pour Garatoi avec les musiques actuelles, ça apporte une offre culturelle complémentaire à celle que nous développons au niveau municipal. J’espère que ce sera un festival pérenne ». C’est maintenant aux cinéphiles morbihannais de jouer.

Benoit Siohan

Lire également page10 Pratique Billets en vente au cinéma Les Arcades ainsi que chez Bazoom, rue du Belzic. Séance unique : 6 € ; pass cinq films : 25 €. Nuit du cinéma le 6octobre (sixfilms) : 10 €. Sur Internet : www.aurayaucinemalatin.com

Cinq avant-premières et des films primés à Cannes

À découvrir au cinéma des Arcades, du 5 au 7octobre, huit films en compétition, dont cinq en avant-premières ainsi que des courts métrages. Et à ne pas manquer, la nuit du cinéma samedi 6 octobre !

« Violeta se fue a los Cielos ».
Cérémonie d’ouverture vendredi 5octobre à 19 h. Ce film retrace la vie de Violeta Parra, musicienne et poétesse chilienne. Il sera aussi projeté samedi, à 15 h.

« Aqui y alla ».
Samedi 16 h et dimanche 15 h 30. Un film du Mexicain Antonio Mendez Esparza, qui a reçu le grand prix à la semaine de la critique à Cannes. Le retour d’un homme dans son petit village du Mexique.

« Être ou ne pas être une famille ».
Samedi 17 h et dimanche 16 h. Un film de l’Uruguayen Pablo Stoll Ward, primé à la quinzaine des réalisateurs à Cannes : un homme tente de retrouver sa place auprès de sa famille qu’il avait abandonné.

« Infancia Clandestina ».
Samedi 18h. Le premier film argentin du réalisateur Benjamin Avila, basé sur sa propre vie. Juan, 12 ans, revient à Buenos-Aires, sous une fausse identité après des années d’exil.

« Elefante Blanco ».
Samedi 20h30, dimanche 15h. L’Argentin Pablo Trapero signe un film émouvant avec le portrait de deux prêtres engagés socialement dans un bidonville de Buenos Aires, avec le Belge Jérémie Rénier.

« Carriere, 250 mètres ».
Samedi 21 h et dimanche 17 h. Un film-documentaire du Mexicain Juan Carlos Rulfo sur la vie de l’écrivain Jean-Claude Carrière.

« La Playa DC ».
Vendredi 16 h et samedi 22 h. Un voyage initiatique dans les rues de Bogota, où les afro-colombiens luttent pour se faire une place.

« Cendres éternelles ».
Samedi 1h et en cérémonie de clôture. Un film sur la peuple et la culture milléanire des Yanomani, au Vénézuela.

Cérémonie de clôture.
Dimanche 19 h, avec le palmarès du festival à Athéna.

Les courts-métrages.
23 sont en lice. Vendredi, samedi, dimanche à 14 h.

La Nuit du cinéma.
Elle aura lieu samedi 6, de 20 h à 2 h du matin. Tarifs : 10 €.

Marie de Lesparda, présidente du jury, « honorée et intimidée »

Marie de Lesparda, comment se retrouve-t-on bombardée présidente du jury d’un festival naissant ?
Carmen Perez del Viso m’a sollicitée via une amie qui habite Ploeren, comme moi. Au début, c’était pour intégrer le jury, mais au bout de 30 minutes, elle voulait que je sois présidente. J’ai d’abord été honorée et intimidée. Maintenant que j’ai découvert que, dans le jury, il y a Nicole Le Garrec, la scripte d’Avoir 20 ans dans les Aurès, je suis aussi un peu gênée.

Vous avez travaillé dans le cinéma...
Plutôt pour le cinéma. J’ai été journaliste et attachée de presse, notamment pour des films et pour la télévision. J’ai eu l’occasion de défendre des films à plusieurs reprises au festival de Cannes. Mais mon bâton de maréchal dans le cinéma, c’est d’avoir lancé les Monty Pythons à un moment où personne n’y croyait. Je me suis installée àPloeren il y a douze ans et, un an après, j’y ai créé un ciné-club, Cinévasion. Ça a été une aventure formidable, qui a duré jusqu’en juin dernier. J’avais annoncé en novembre2011 que j’arrêtais et, malheureusement, personne n’a voulu prendre la suite. En onze ans, on avait montré une centaine de films. Et comme j’adore l’Espagne, il y avait un Almodovar tous les ans. Ce n’était pas un cinéclub austère.

Qu’attendez-vous de ce premier festival ?
J’espère que ce ne sera pas un coup d’épée dans l’eau et que ce festival s’inscrira dans la durée. Même si je sais que c’est une question de subsides. La Ville de Cannes dépense énormément pour garder son festival. Après, je pense que ça va être un festival bon enfant, tout en étant intellectuel et de découverte. Et peut-être aussi un choc culturel pour certaines personnes d’Auray qui ne connaissent pas la culture latine. À titre personnel, je me réjouis à l’idée de voir des films qui sont passés à Cannes, à la Semaine de la critique ou dans la sélection Un certain regard. Sans ce festival, je ne les aurais pas vus. Et en tant que présidente, j’essaierai surtout d’apporter de la gaieté !

B.S.

Voir en ligne : Télégramme 19 septembre 2012

Accueil > Groupes Locaux > Bro an Alre (Pays d’Auray) > Presse > Cinéma latin. Auray va faire son festival !
SPIP | squelette | | Mentions légales | Crédits | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0