Ingalan

Ingalañ


Commerce équitable local et International.
Luttes et alternatives sociales et écologiques
Thomas Sankara : Nous encourageons l'aide qui nous aide à nous passer d'aide

Mamm Douar - Manu Chao à St Nolff

29 juin / d’an 29 a viz Even

dimanche 3 mars 2013, par Ingalañ Auray

MAMM DOUAR , la Terre Mère en Breton, est un rassemblement festif et militant organisé par Ingalañ. Il met en avant les résistances écologistes, sociales, la solidarité internationale et la langue bretonne.

La première édition a eu lieu à Campénéac en 2009, en collaboration avec Les Sorcière de Brocéliande et le Folklore de la Zone Mondiale, contre le centre d’enfouissement prévu en forêt de Brocéliande. Une seconde à Arradon à l’occasion de l’arrivée d’une opération de transport de marchandises à la voile en collaboration avec l’association Poent Eo en 2010. La 3ème, en 2012 à Rochefort en Terre se passera dans une maison autogérée par le Pot Commun, adresse du Café de la Pente.

Cette année, Mamm Douar prend une nouvelle dimension en s’installant à St Nolff (56) , le 29 juin , sur le terrain de Kerboular déjà bien rodé pour recevoir un public nombreux.

 CONCERTS

Ke onda (France)

ZEP (France)

Outernational (USA)

MANU CHAO La Ventura

Dj Miss Blue (BZH)

Sitala (Burkina Faso / BZH)

Répercussion (BZH)

 Au programme cause et cogite

Pour des raisons logistique et technique, les conférences débats n’auront pas lieu cette année à proximité du festival. Elles se dérouleront dans le bourg de St Nolff, Salle Humbersot. Elles seront sur 2 thèmes répartis le matin et l’après midi.

 10h - OGM, ici et là-bas comment résister ?

La stratégie des firmes telle que Monsanto est évidement mondiale. La résistance aux OGM l’est aussi. Mais que l’on se trouve en Europe, en Amérique du Sud ou en Afrique, les possibilités de résistance et les risques encourus ne sont pas les mêmes.
Précédant les rencontres internationales des mouvements anti-OGM qui se déroulent les 20 et 21 juillet prochains à Bouzy la Forêt (Loiret), Ingalañ a souhaité mettre en avant ces différences dans les luttes ainsi que la nécessité d’unité et de solidarité internationale.
Les OGM ont été introduits officiellement au Burkina Faso en 2003, sur des parcelles expérimentales. Les premières distributions importantes de semences de coton OGM, dit coton BT, ont eu lieu en 2008. 8500 hectares sont alors ensemencés. Aujourd’hui, grâce à la complicité du gouvernement de Blaise Compaoré et une implication directe du quasi unique syndicat cotonnier UNPCB, et des sociétés privées comme la française Géocoton (ex-Dagris), 70 % du coton Burkinabè est OGM. Si cette situation est plus que critique, le pire reste à venir. En effet, Monsanto, allié à la Fondation Bill et Melinda Gates, se prépare à breveter le sorgho, alimentation de base pour 300 millions d’ouest africains.
A l’occasion de Mamm Douar, Ingalañ lancera sa campagne de soutien à la société civile burkinabè pour résister à Monsanto et à la Fondation Gates.

Intervenants :

Ousmane Tiendrébéogo, secrétaire général du Syntap ( Syndicat national de travailleurs de l’agropastoral ), syndicat de paysan-ne-s burkinabès engagé dans la résistance aux OGMs.

Les OGM ont été introduits officiellement au Burkina Faso en 2003, sur des parcelles expérimentales. Les premières distributions importantes de semences de coton OGM, dit coton BT, ont eu lieu en 2008. 8500 hectares sont alors ensemencés. Aujourd’hui, grâce à la complicité du gouvernement de Blaise Compaoré et une implication directe du quasi unique syndicat cotonnier UNPCB, et des société privé comme la française Géocoton (ex-Dagris), 70 % du coton Burkinabè est OGM. 

José Bové, député européen, figure emblématique de la résistance aux OGMs dans l’hexagone.

Christian Vélot, docteur en biologie il est maître de conférences en génétique moléculaire à l’Université Paris-Sud 11

Accueil 9h30 – Démarrage de la conférence 10h
Entrée prix libre.

 12h30 - Restauration Salle Humbersot

Une restauration rapide est organisée à proximité des débats enfin de respecter au mieux les horaires des débats.

 Accaparement des terres, subir ou agir.

Depuis la grave crise alimentaire de 2008, une véritable ruée sur les terres arables se déroule dans les pays du Sud. Les fonds de pension et les multinationales du secteur de l’énergie, ainsi que l’industrie agroalimentaire et certaines nations arabes et asiatiques, négocient l’achat ou la location de millions d’hectares en Afrique et en Amérique du Sud. Le land grabbing se pratique au détriment des ressources et des populations locales, dans un climat de corruption généralisée.

Pendant que les ministres de l’agriculture des vingt pays les plus riches du monde discutent des prix des denrées alimentaires et du développement de la crise alimentaire, des millions d’hectares de terres fertiles et leurs ressources en eau sont accaparés, au détriment de paysans, d’éleveurs, de bergers, de pêcheurs, de peuples indigènes et de guérisseurs traditionnels et transformés en immenses opérations agro-commerciales par des investisseurs privés pour les marchés mondiaux. Ce néocolonialisme agraire ne saurait cependant faire oublier que l’accaparement des terres et des ressources entre les mains de quelques-uns ne date pas d’hier. Le Mouvement des Sans Terre dure au Brésil depuis plus d’un quart de siècle.

Ignacio Del Valle Medina, paysan mexicain, dit « nacho » a été incarcéré en 2006 au moment d’une répression sanglante contre la commune de San Salvador Atenco près de Mexico. Cette répression a été l’insigne de la vengeance d’Etat face à la lutte déterminée et victorieuse que le FPDT (Frente de Pueblos en Defensa de la Tierra , Front communal en défense de la terre) d’Atenco a mené contre l’implantation d’un nouvel aéroport sur ses terres communales. Considéré par l’état comme un des principaux leaders de la résistance et condamné à 112 de réclusion , Ignacio del Valle a été libéré en 2012avec 11 autres compagnons, suite à une forte mobilisation nationale et internationale.

Haroldo Salazar est un spécialiste des populations indigènes et de la biodiversité en Amazonie, président de l’ AIDESEP, représentant les intérêts immédiats et historiques de tous les peuples autochtones de l’Amazonie, la conservation et le développement de l’identité culturelle affirmée l’autodétermination des peuples autochtones dans le cadre du droit international et promouvoir le développement humain et durable des peuples autochtones. L’AIDESEP est présent dans l’ensemble de l’Amazonie.

Patricio Rivera, Président de Pueblo Mapuche en France, est un des représentants des Mapuche, condamné à mort mais heureusement exilé en Europe. Son combat pour la défense des terres Mapuche et la reconnaissance des droits ancestraux de sa nation face aux multinationales et au gouvernement chilien en font un interlocuteur et un témoin privilégié des événements actuels au Chili, ((=expropriations, déforestation, déplacement des populations etc..), un porte parole et un relai des informations les plus récentes grâce à ses allers-retours incessants.

Katia Roux, Peuples Solidaires

Démarrage de la conférence 14h – Clôture des débats 17h30
Entrée prix libre.

Les financiers de la Table Ronde

 Un village associatif et militant

(liste des stands bientôt en ligne)

Une restauration biologique et variée proposée par des association engagées dans l’écologie, la solidarité, l’application d’alternatives.

Les bénéfices seront répartis sur nos actions au Burkina Faso ( agro-écologie, autonomie d’énergie, souveraineté alimentaire et soutient de la société civile) et en Amérique du Sud en soutien aux luttes indigènes (envoi d’observateurs sur les procès, financement d’avocats…), et sur les actions locales d’Ingalañ.

Pour plus d’’infos n’hésitez pas à nous appeler au 07.63.36.1234

Ou aller voir notre page Facebook Mamm Douar

_
_

Ingalañ , kevredigezh marc’had reizh hag etrevroadel , gantañ ar stourm hag an dibab ekologel a ginnig deoc’h Mamm Douar .

Un tolpad ekologel , stourmer ha festus ho tougiñ an oberiadennoù engajet war dachenn ar rezistañs e Amerika Latina ha diwar raktresoù er Burkina Faso liammet gant al labour douar biologel .

C’honatoù Ingalañ a zo sklaer a c’houde ar penn kentañ e-keñver o lec’hiadur , o c’hoantoù :
Nac’hañ ar marc’had reizh er gourmac’hadoù , bezañ a-enep ar fed e vefe prennet gant al liesvroadel , lakaat war well an oberiadenn lec’hel ha liammet gant an oberiadenn etrevroadel , a zo poentoù spis eus karta Ingalañ .

Oberiadennoù lec’hel Ingalañ a zo savet a drugarez d’ar strolladoù lec’hel , kevredigezhioù emrenn :
Ingalañ Bro an Alre , Ingalañ Bro Brest , Ingalañ Bro Naoned , Ingalañ Bro Kistreberzh , hag Ingalañ e Brezhoneg .

Da heul kejadennoù gant arzourien , fiñvadegoù , komuniezhoù , oll troet war ar memes spered a unaniezh , kengred , etreskoazell , eskemm ha souten : Krouiñ a reomp ar bloaz-mañ un tolpad vras , ekologel ha stourmer : MAMM DOUAR , e lec’h ma kemmomp an disoc’hoù e bilañs Karbon gant plantadegoù gwez er Burkina Faso , a-benn tizhout trevadoù padus hep produioù kimiek .

Evit ar C’hentañ gouel e Senolf , d’an 29 a viz Even , e vo enni :

  • Meur a gevredigezhioù lec’hel hag etrevroade
  • Strolladoù sonerezh : Ke Onda ( Bro C’hall )
    ZEP ( Bro C’hall )
    Outernational ( SUA )
    Manu Chao La Ventura
    DJ Miss Blue ( Breizh )
    Sitala ( Burkina / BZH )
    Répercussion (BZH )
  • Div brezegenn / tabut : an hini kentañ war rastellerezh an douaroù / an damani boued hag an eil hini war an Diorroadur . Gant bezañs direol Pascal Canfin , ministr deleuriad war an diorroadur ; José Bové , kannad European ha dileuridi komuniezhoù Amerika Latina hag Afrikan …

N’ez eus ket a interest ekonomikel personel en aozadur , an oll randalioù a vo dispartiet war projedoù e Afrika ( Penn da Benn er Burkina Faso ) hag e Amerika Latina ( kas mirourien war prosezioù , arc’hantañ breutaerien …)

Evit muioc’h a ditouroù , galvit arc’hanomp d’ar 0763361234

Pe kit da welet lec’hienn àr Facebook Mamm Douar

Accueil > Luttes et Actions > Mamm Douar - Manu Chao à St Nolff